Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le quartier de Borderouge, Toulouse

Le quartier de Borderouge, Toulouse

Urbanisme, habitat, aménagements, loisirs, social, culturel, toutes les informations sur le quartier

DOS D'ÂNES ET RALENTISSEURS NON REGLEMENTAIRES

DOS D'ÂNES ET RALENTISSEURS NON REGLEMENTAIRES

J'aide toujours associations et des particuliers qui m'informent de leurs actions je le fais depuis 15 ans. Il est normal que je vous fasse état de leurs actions utiles pour le quartier. Le journal municipal reste hélas muet sur l'évolution de Borderouge, pas moi et vous êtes de plus en plus nombreux à venir ici (10.000 en décembre) Si la ville le voulait, je traiterais bien évidemment lors sujets aussi comme je le faisais dans le journal de quartier.

Aujourd'hui des particuliers, la Fédération française des motards en colère, l'Automobile club, s'insurgent face à la multiplication de dos d'ânes non règlementaires, Un habitant fort actif de notre quartier a saisi le tribunal administratif d'un recours. Toulouse n'est pas la seule a être concernée par des dos d'âne hors normes, dans le S.O. ceux de Montesquieu Volvestre me sont signalés particulièrement hard, par l'ancien directeur des travaux à la Préfecture.

Ils ne s'agit pas de vouloir interdire les ralentisseurs mais de faire respecter la loi de 1994 sur leurs hauteurs et sur les lieux ou ils sont implantés. Certains ralentisseurs sont trop hauts ou trop pentus, ou encore installés dans des voiries non adaptées. La loi les règlementant est claire, c'est la norme NF P 98-300, ils ne peuvent dépasser 10 cm de hauteur, ils doivent être visibles de jour comme de nuit, doivent favoriser l'écoulement des eaux, être en matériaux résistants, ils doivent être installés perpendiculairement à la chaussée et ce, seulement sur des voies limitées à 50 ou 30 km/h.

Sinon des motards peuvent être mis en danger, des voitures à la garde au sol basse telles celles équipées de pneus en 80 ou 90 dont voitures de sport, ou encore véhicules adaptés à l'handicap peuvent accrocher, voire même être immobilisés (c'est arrivé dans le var). Les automobilistes subissent eux des contraintes verticales sur la colonne vertébrale (source médecins urgentistes) autant que les conducteurs et passagers des transports en commun. Il faut aussi relever que les freinages et accélérations lors du franchissement génèrent de la pollution en CO² et particules fines par l'usure prématurée des freins et embrayages (source Expert automobiles). Sans oublier le danger que présente certains automobilistes excités qui se servent des ralentisseurs comme tremplins, là les potelets de sécurité renversés en gardent parfois des traces (voir rond-point place A. Froidure).

La loi votée en 1994 et son décret d'application 94-447 du 27 mai sont pourtant précis. Tel que nous l'avons déjà dit les ralentisseurs et dos d'âne doivent répondre aux normes 10 cm et non 20, 25 cm, qu'ils soient trapézoïdaux ou bombés. Ils ne peuvent être qu'en zones 30, 50, en aucun cas sur des voies de desserte en transport en commun, ni sur des voies de trafic de plus de 3000 véhicules/jours. A l'évidence ceux de l'avenue Bourgès-Maunoury et du boulevard Netwiller sont irréguliers sur les deux critères.

La solution pour ralentir la vitesse de certains automobilistes accrocs à la pédale d'accélérateur est rarement le matelas berlinois ou le ralentisseur, mais semble plutôt être ce que Danièle DAMIN ex Adjointe Maire de quartier avait fait réaliser dans des rues zones 30 de notre quartier, par aménagements de voirie. Telles des portions du chemin de Lanusse et la rue Paul Valéry en en créant un usage en alternance de côté sur la voie de circulation pour casser la vitesse..

Les actions contre une commune de la banlieue de Montpellier ont abouti, celles en cours contre la ville de Toulon semblent l'être aussi la pétition en cours a été retirée la ville s'étant engagée à raboter les ralentisseurs. Souhaitons pour le quartier et Toulouse Métropole que les élus suivent. Ci-dessous des extraits d'E-mails, articles et photos, et bien sur le décret d'application de la loi.

DOS D'ÂNES ET RALENTISSEURS NON REGLEMENTAIRES
DOS D'ÂNES ET RALENTISSEURS NON REGLEMENTAIRES
DOS D'ÂNES ET RALENTISSEURS NON REGLEMENTAIRES
DOS D'ÂNES ET RALENTISSEURS NON REGLEMENTAIRES

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

RABOISSON 02/01/2017 09:24

Monsieur bonjour,

Avant tout commentaire, je vous présente tous mes vœux de santé et de bonheur pour cette nouvelle année et vous remercie pour vos actions, les informations et votre soutien pour notre quartier.
Au sujet des systèmes de ralentissements, je voudrais apporter une précision (habitant chemin Lanusse entre le bld Bourgès et la rue P Valéry). Autant le système mis en place rue P. Valéry est efficace car le système de chicane est crée par un élargissement des trottoirs (malheureusement occupés par des véhicules) autant le système du Ch Lanusse est une erreur sans nom car les places de parking matérialisées au sol par de la peinture ne sont pas respectées par les automobilistes; ce qui perturbe encore plus le flux de circulation et crée très fréquemment des bouchons. Copie à revoir.
Merci encore pour tout.
Cordialement

cqborderouge 02/01/2017 10:56

vous avez raison mais vous dites vous même la cause, l'incivilité des automobilistes particulièrement fréquente à Toulouse et le manque d'entretien de la voirie, mais pas que... Le chemin de Lanusse est une voie de liaison inter quartier qui avant ces travaux était traversée à vitesse excessive très accidentogène avec peu de stationnement les aménagements ont été approuvés par les riverains. La rue P. Valéry est une voie transversale dont les aménagements ont fait l'objet de pétitions et de manifestations car il y est impossible de se croiser du fait des larges trottoirs. Et enfin les deux voies ont été conçues par le même ingénieur de la ville à l'égo excessif.
Quant aux flux de voitures, vous avez raison mais ce n'est pas les aménagements qui sont en cause c'est la densification à outrance de la rue P. Valéry que je pensais voir venir (voir les journaux de quartier de l'époque) elle est invraisemblable pour cette petite rue qui était il y a 10 ans une impasse pavillonnaire et encore maraîchère. Tous les matins les voitures sortent de la rue P. Valéry et engorgent le chemin de Lanusse tout autant que la rue Loubiague (aménagée comme le chemin Lanusse il y a 5 ans) et rejoignent le flot de la rue Renan, du Bd Bourgés-Maunoury pour buter à l'entré des Minimes ou s'entasser rue Fresnay vers le faubourg Bonnefoy.
Voilà ce n'est pas parfait certes car nos élus ne réfléchissent pas aux conditions à venir de travaux, que je n'ai jamais cessé de mettre en évidence, mais en même temps il faut accepter la densification, et c'est mieux que les ralentisseurs trop hauts ou trop larges